Question Écrite : Prolongement du Tramway T8

Dans le cadre des questions écrites au gouvernement, j’ai interrogé M. Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État chargé des transports, sur le projet de prolongement du Tramway T8 entre Saint-Denis et Paris Rosa Parks. Le projet actuellement à l’étude ne semble pas prévoir la desserte du quartier du Pressensé à Aubervilliers. Un choix inexplicable, et qui – après les scandale du retard des travaux de la ligne 12 du Métro –  priverait une nouvelle fois Aubervilliers des infrastructures de transport dont la ville a tant besoin. Ce n’est pas acceptable. J’ai donc interpelé le gouvernement pour lui rappeler le devoir de l’État d’assurer la cohésion et l’égalité territoriale, et lui demander de garantir à Aubervilliers une desserte à la hauteur des besoins des habitant·es. Retrouvez ma question écrite :

M. Bastien Lachaud appelle l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports, sur le projet de prolongement de la ligne de tramway T8 entre Saint-Denis Porte Paris et Paris Rosa Parks.

Actuellement à l’état de la concertation, le projet de prolongement du T8 sud est prévu pour une mise en service à l’horizon 2023. Réalisé sous la maîtrise d’ouvrage d’Île-de-France Mobilités, ce projet prévoit l’ouverture de neuf nouvelles stations sur 5,6 kilomètres jusqu’à la gare Paris Rosa Parks. Le principe d’un tel projet est naturellement bienvenu, dès lors qu’il implique une amélioration du réseau des transports en commun au sud de la Seine-Saint-Denis, qui ne peut être que bénéfique pour les communes de Saint-Denis et d’Aubervilliers.

Le tracé actuellement à l’étude et le choix des arrêts prévus pose cependant question, et ce en particulier dans le cas d’Aubervilliers. De fait, le tracé prévisionnel présenté au public ne semble pas prévoir la desserte du quartier du Pressensé à Aubervilliers. Il envisageait simplement des « mesures conservatoires pour une future station », dont la réalisation est repoussée à un futur indéfini. Aubervilliers et les albertivillariens se verraient ainsi privés d’une desserte importante, et les nombreux habitants du Pressensé privés de l’accès à un tramway qui passerait sous leurs fenêtres, mais dont la station la plus proche, au Stade de France, se trouverait éloignée de plus d’un kilomètre – une distance qui contrevient d’ailleurs aux objectifs fixés pour le projet, qui prévoit que les stations soient distanciées « d’environ 500 mètres chacune » afin de garantir un « maillage cohérent du territoire ».

M. le député attire l’attention de M. le secrétaire d’État sur le caractère inacceptable d’une telle situation. Ville en forte croissance démographique – 76 000 habitants en 2010, 90 000 aujourd’hui, 100 000 à l’horizon 2025 – attractive et en pleine mutation, Aubervilliers doit impérativement bénéficier de transports publics à la hauteur de ses besoins et de son développement. Il n’est pas concevable que les habitants, qui ont déjà eu à souffrir d’une desserte insuffisante et des retards des chantiers des transports publics – M. le député avait notamment interrogé le Gouvernement sur le chantier de la ligne 12 du métro, qui n’est toujours pas achevé -, soient une nouvelle fois laissés à l’écart. Il y aurait là une forme de discrimination territoriale, et un grave déni de droit et d’égalité.

M. le député attire l’attention de M. le secrétaire d’État sur le fait que l’État, qui finance ce projet à hauteur de 20 %, et est le garant de la cohésion et de l’égalité territoriale, ne saurait se soustraire à ses devoirs en la matière. C’est pourquoi il souhaite apprendre de sa part les mesures qu’il compte prendre pour garantir à Aubervilliers une desserte adéquate de la part des transports publics, et ce en particulier dans le cadre du prolongement du tramway T8.