Il faut des espaces d’affichage libre pour que vive la démocratie

L’affichage libre est important pour que vive la démocratie. Dans nombre de communes, il est impossible d’apposer légalement une affiche d’opinion, ou même une information associative. Pourtant, la loi prévoit des espaces d’expression libre dans toutes les communes. Mais cette obligation n’est pas respectée, ce qui contraint les opinions politiques à être soit invisibles, soit affichées illégalement.

Il faut que le Ministre fasse respecter la loi. Des espaces d’affichage libre des opinions sont indispensables pour que vive la démocratie locale et nationale, que les citoyennes et citoyens puissent s’exprimer librement et s’informer.

Question écrite au gouvernement :

M. Bastien Lachaud appelle l’attention de  M. le ministre de l’intérieur sur le respect de l’obligation de mise à disposition de panneaux d’affichage libre par les mairies.

L’existence de ces panneaux en vue d’assurer « la liberté d’opinion », est régie par l’article L581-13 du code de l’environnement. Il précise que c’est de la responsabilité du maire de prévoir des « emplacements destinés à l’affichage d’opinion ainsi qu’à la publicité relative aux activités des associations sans but lucratif ».

L’article R581-2 du même code précise les surfaces minimales que les communes doivent prévoir, en fonction du nombre d’habitants :

– 4 m² pour les communes de moins de 2 000 habitants ;

– 4 m² plus 2 m² par tranche de 2 000 habitants au-delà de 2 000 habitants, pour les communes de 2 000 à 10 000 habitants ;

– 12 m² plus 5 m² par tranche de 10 000 habitants au-delà de 10 000 habitants, pour les autres communes ;

Toutefois, le respect de ces dispositions par les communes semble extrêmement variable. Si nombre de communes respectent les obligations légales, beaucoup ont une surface d’affichage insuffisante au regard de la loi. À commencer par la capitale, Paris, dont la surface d’affichage est très nettement en deçà des obligations. Dans nombre de communes, la loi n’est tout bonnement pas appliquée, et aucun panneau d’affichage n’est présent. Dans d’autres, la loi est contournée par l’installation de panneaux vitrés, dont il faut demander la clé en mairie. Ce qui permet un filtrage des affichages d’opinion, alors que l’esprit de la loi est de permettre un affichage libre. Certaines mairies entendent éviter de se conformer aux obligations légales en conseillant d’apposer les affiches sur des armoires électriques, alors même que cela relève de l’affichage sauvage, donc sanctionnable. D’autres mairies, se conformant de mauvaise grâce à la loi, en contournent l’esprit. Elles prévoient des panneaux d’affichage libre dans des lieux notoirement non fréquentés, excentrés dans les communes, dans des impasses, derrière des locaux destinés aux poubelles, et autres astuces. Certaines poussent le vice jusqu’à prévoir des panneaux dont la face dédiée à l’affichage libre est située à quelques centimètres d’un mur, rendant impossible le fait d’y apposer quelque information que ce soit, et plus encore de les y lire, tout en se conformant en apparence à l’obligation légale.

Ainsi, l’affichage d’opinion ou associatif est-il bridé par l’absence de panneaux, ce qui porte préjudice au débat démocratique comme aux associations locales. Or, l’affichage d’opinion fait partie de la vie démocratique locale et nationale. Les niveaux croissants d’abstention, ayant atteint des records aux dernières élections régionales et cantonales, montrent le désintérêt des citoyens pour les élections, voire l’absence totale d’information relative à ces élections. Le débat démocratique ne peut pas vivre en l’absence d’espaces dédiés à ces débats. Puisque les réunions publiques et autres débats physiques ont été empêchés en période pandémique, il est d’autant plus crucial que les citoyens puissent exprimer leurs opinions, et être informés par le biais des affichages.

Du fait des graves dysfonctionnements de l’envoi de la propagande électorale lors de ces dernières élections, certains électeurs ont pu, de bonne foi, ne même pas savoir que des élections avaient lieu. Ou être informés seulement en arrivant au bureau de vote du nombre et de la qualité des différents candidats. Les lieux d’affichages dédiés à la campagne officielle devant les bureaux de vote ne peuvent tenir lieu de débat ou d’affichage d’opinion, même s’agissant uniquement de l’affichage d’opinion à caractère électoral. L’affichage y est réglementé, et ne concerne que les candidats à une élection. Le débat public et démocratique doit pouvoir exister en dehors de l’affichage purement électoral, de même que les associations ont besoin de pouvoir faire savoir leurs activités à tout moment.

Le résultat est une rupture d’égalité entre les différentes opinions, voire entre les candidats à une élection. Seules celles qui décident de ne pas respecter la loi en procédant à un affichage sauvage, et/ou celles qui ont les moyens de payer l’amende en conséquence de cet affichage peuvent avoir de la visibilité. Les citoyennes et citoyens qui entendent exprimer leur opinion en respectant la loi sur l’affichage d’opinion sont privés de le faire. Cette rupture d’égalité a de graves conséquences en période électorale, puisque des opinions politiques sont invisibilisées, et dans l’incapacité de se faire connaître en respectant la loi. Aussi, les candidats sortants ont une prime de visibilité, alors que les opinions émergentes ou des candidatures nouvelles sont dans l’incapacité matérielle de se faire connaître.

Or, c’est à l’État de veiller au respect des obligations légales en matière d’affichage libre. Le code de l’environnement prévoit bien que « si dans un délai de six mois à compter de l’entrée en vigueur de ce décret, le maire n’a pas pris l’arrêté prévu au premier alinéa, le préfet, après une mise en demeure restée sans effet durant trois mois, détermine le ou les emplacements nécessaires ».

Aussi, M. Bastien Lachaud souhaite savoir quand le ministre entend garantir le respect de la loi en termes de droit à l’affichage public. Il souhaite également apprendre du ministre combien de mises en demeure ont été effectuées par les Préfets, combien d’emplacements suite à ces mises en demeure sans effet ont été déterminés par les préfets, et combien ont réellement été apposés, ainsi que la ventilation de ces chiffres par département. Il souhaite enfin apprendre du ministre quelles mesures il entend prendre afin que la lettre, et l’esprit de la loi relative à l’affichage libre soient respectées dans toutes les communes de France.