J’alerte sur la fracture sanitaire en Seine-Saint-Denis

Les difficultés d’accéder aux soins entrainent une dégradation de la santé. La fracture sanitaire est un véritable problème de santé publique, puisque l’impossibilité de faire de la prévention, de se soigner, aggrave les problèmes de santé.

J’avais déjà alerté le gouvernement en 2019, sans obtenir la moindre réponse.

Question écrite au gouvernement, posée le 29/11/2022 :

M. Bastien Lachaud interroge M. le ministre de la Santé et de la Prévention sur la fracture sanitaire dont sont victimes notamment les habitants de la Seine-Saint-Denis.

Dans l’opinion publique, la notion de désert médical est souvent associée à la ruralité. Si ce constat se vérifie parfaitement, il est en revanche moins connu que des zones urbaines pourtant densément peuplées sont aussi des déserts médicaux. Notamment la Seine-Saint-Denis, département d’élection de M. Bastien Lachaud. M. le député a déjà interrogé la ministre de la santé en poste au 03/12/2019 Mme Agnès Buzyn sur le sujet par la question écrite n° 24982 sans recevoir de réponse à la fin de la XVe législature, soit en 932 jours, c’est-à-dire 2 ans, 6 mois et 21 jours, au lieu du délai réglementaire de 2 mois.

L’association Que choisir a mené une étude combinant les difficultés d’accès géographiques et financiers aux soins, qui renforce ce constat. Ainsi, d’après les chiffres de l’association, 25 millions de personnes vivent dans un territoire où l’offre médicale est insuffisante ou trop onéreuse.

23,6 % des femmes vivent dans un désert médical gynécologique, soit 11,8 millions de patientes, et en pédiatrie, 27,5 % des enfants de 0 à 10 ans sont concernés par le manque de médecins. 19% des patients, soit 12,3 millions de personnes, vivent dans un désert médical ophtalmologique. Pour ce qui est des généralistes, 23,5 % de personnes ne peuvent y accéder à moins de 30 minutes de route.

La fracture sanitaire concerne également la question financière, puisque parfois les praticiens sont bien présents sur le territoire, mais demandent des honoraires inaccessibles à une grande partie de la population, car les dépassements ne sont pas remboursés. Ainsi, ce sont les plus précaires qui peuvent le moins se soigner. Ainsi, les dépassements d’honoraires payés par les patients atteignent 3,5 milliards d’euros en 2021. Par exemple, pour la gynécologie, 7 patientes sur 10 n’ont aucun gynécologue en secteur 1 à moins de 45 minutes de trajet, et pour la pédiatrie, c’est 1 enfant sur 2.

Pour ce qui est de la Seine-Saint-Denis, elle est un désert médical de gynécologues, d’ophtalmologues, et de pédiatres sans dépassement d’honoraires, et même avec un dépassement inférieur à 50% pour l’ophtalmologie et la gynécologie. Des ophtalmologues, pédiatres et des gynécologues sont bien accessibles à moins de 45 min de trajet, mais pratiquent des dépassements d’honoraires importants.

La conséquence de ces difficultés à accéder à un médecin est souvent le renoncement aux soins. Les personnes pauvres habitant en zone sous-dotée subissent une double discrimination, qui est d’autant plus marquée qu’avec l’augmentation du prix des carburants, il est d’autant plus onéreux de se déplacer. Selon l’INSEE, en 2017, 3,1 % des personnes de 16 ans ou plus vivant en France hexagonale, soit 1,6 million de personnes, ont renoncé à des soins médicaux. Une étude de la DREES précise que le risque de renoncement aux soins est accru de 8 fois dans les zones sous-dotées en médecins généralistes. L’obligation de passer par un généraliste pour obtenir un remboursement plus élevé des consultations d’un spécialiste rend d’autant plus difficile l’accès à ces derniers. Le renoncement aux soins entraîne une dégradation de la santé qu’il est plus difficile de soigner que quand les affections sont prises à temps. Les actes de prévention et de suivi ne peuvent se faire, entraînant à terme des soins plus lourds quand il n’est plus possible de les différer.

Aussi, M. Bastien Lachaud souhaite-t-il savoir quel plan d’envergure le ministre compte prendre afin de résorber la fracture sanitaire, et permettre une égalité d’accès aux soins à l’ensemble des citoyens, d’un point de vue géographique comme financier.