Au G7, la zizanie du libre-échange

Le dernier sommet du G7, qui avait lieu ce week-end au Canada, s’est fini sur un coup d’éclat de Donald Trump. Alors que les discussions avaient abouti à une déclaration commune des participant·e·s, le maniaque qui préside les États-Unis a saisi l’occasion d’une phrase un peu acide de Justin Trudeau pour tout envoyer balader.

Comme d’habitude, cette gesticulation de l’espèce d’Ubu roi qui gouverne outre-Atlantique suscite des commentaires effrayés dans la presse française ; comme d’habitude encore, les éditorialistes trouvent là l’occasion de faire par contraste un portrait flatteur d’Emmanuel Macron. Comme d’habitude, il faut aller au-delà des apparences pour saisir la situation.

Lire la suiteAu G7, la zizanie du libre-échange

L’Allemagne à reculons…

La semaine dernière, la crise politique italienne a été l’occasion d’un déversement inouï de clichés anti-italiens dans la presse allemande. Dans ce contexte, on a pu mesurer la vraie valeur des émouvantes déclarations sur l’Europe et la paix dont nous abreuvent les défenseurs de l’Europe allemande. C’est ce moment de vérité qu’Angela Merkel a choisi pour administrer à Emmanuel Macron une sérieuse rebuffade sur la politique européenne.

Lire la suiteL’Allemagne à reculons…

L’Union européenne nuit gravement à la démocratie et … à l’Europe

L’Italie n’a toujours pas de gouvernement. Les dernières élections législatives ont porté largement en tête le « Mouvement 5 étoiles » (M5S). Le dégagisme dans ce pays est extrêmement fort. L’origine de ce mouvement est très profonde : la corruption, l’emprise du crime organisé sur la politique, les disparités économiques entre Nord et Sud du pays, l’effondrement du mouvement communiste et sa dissolution dans la sociale-démocratie, elle-même dissoute dans un libéralisme économique de plus en plus droitier, l’absence d’aide européenne sérieuse pour faire face à l’accroissement du nombre de personnes migrantes… Mais surtout, l’Italie subit le même genre de cure d’austérité que la plupart des pays d’Europe et ces pressions ont augmenté avec la crise de 2008. Voilà dix ans que les Italiennes et les Italiens sont priés de se serrer la ceinture et de renoncer aux services publics.

Lire la suiteL’Union européenne nuit gravement à la démocratie et … à l’Europe

La caste ou le conflit d’intérêts généralisé

Parmi les informations de la semaine dernière, une est passée à peu près sous tous les radars ; la journaliste de Mediapart Martine Orange a mis au jour un énorme « conflit d’intérêts » au sommet de l’État : Alexis Kohler, haut fonctionnaire, actuel secrétaire général de l’Élysée, après avoir été directeur de cabinet au ministère de l’Économie pour Pierre Moscovici et Emmanuel Macron, a exercé comme directeur financier du croisiériste italien MSC qui pèse plusieurs milliards et appartient opportunément à son cousin… Où est le problème ? MSC est justement l’un des importants clients des chantiers de Saint-Nazaire dont l’avenir est régulièrement remis en jeu depuis plusieurs années.

Lire la suiteLa caste ou le conflit d’intérêts généralisé

La Fête ne fait que commencer !

Quel succès que la « Fête à Macron » ! Pour celles et ceux qui n’ont pas pu prendre part à cette marche festive, d’une gaieté extraordinaire, la meilleure preuve de ce succès ce sont les attaques coordonnées du gouvernement et de la majorité pour tenter de nous discréditer. Devant ce succès éclatant, leurs tentatives ont quelque chose de pathétique. L’une parle de grammaire et aurait voulu lire « fête de Macron » plutôt que « fête à Macron »; l’autre a peur de son ombre et découvre qu’au carnaval, on brûle les rois en effigie… C’est trop de violence pour les belles personnes qui sont en panne d’arguments. Dans notre camp, on se pince en voyant le niveau des arguments et chacun.e rit de penser qu’au train où vont les choses l’ancien maire de Lyon, Gérard Collomb, va peut-être devoir interdire les spectacles de Guignol qui rosse un policier : évident appel à l’émeute.

Lire la suiteLa Fête ne fait que commencer !

Un 1er mai qui fait pleurer

Comment faire oublier des dizaines de milliers de manifestant·e·s rassemblé·e·s dans le calme en défense du service public et des droits des salariés ? On devine facilement la réponse : envoyez quelques centaines de zouaves encagoulés pour casser des vitrines ; laissez-les faire pour avoir de « belles » images sur les chaînes d’information en continu puis envoyez une pluie de gaz lacrymogènes . Les braves gens sur place n’ont plus qu’à pleurer : leur manifestation a été récupérée et leurs revendications sont occultées.

Lire la suiteUn 1er mai qui fait pleurer