Question écrite sur la vulnérabilité des forces de présence et de souveraineté de la France

Le 17 mars 2020, Bastien Lachaud interrogeait Florence Parly, la ministre des armées, sur les risques que fait courir aujourd’hui le manque de moyens des forces de présence – des forces déployées à l’étranger dans le cadre d’accords bilatéraux.

M. Bastien Lachaud interroge Mme la ministre des armées sur la vulnérabilité des forces de présence et de souveraineté de la France. La France dispose avec son système de forces de présence et de souveraineté d’un outil militaire global unique au monde participant à son influence mondiale. Le prépositionnement de ces forces est un atout pour la France dans la mesure où il permet une réaction rapide en cas de menace pour les intérêts de la France.

Cependant, cet atout est aujourd’hui menacé. Comme l’a relevé un rapport de l’IFRI publié en février 2020, les bases françaises en outre-mer et dans les pays étrangers souffrent d’un manque criant de moyens en termes d’effectifs comme de matériel opérationnel. Pourtant les menaces potentielles augmentent à mesure que les tensions économiques, environnementales et démographiques s’exacerbent. Et les forces françaises de présence et de souveraineté sont en première ligne face à ces risques.

Or, la réponse apportée par le Gouvernement se résume au maintien d’un système de forces taillé « au plus juste », c’est-à-dire réduit au strict minimum, et à l’emploi des militaires déployés dans les territoires d’outre-mer à des fins autres que militaires. Cette situation ne peut plus durer. On ne peut exiger des forces armées françaises des sacrifices exorbitants sans leur donner les moyens des ambitions portées par le Gouvernement.

Comme l’affirmait le Général Lecointre, chef d’état-major des armées, devant le Sénat le 16 octobre 2019, l’armée est « au bout de ses capacités ». Les forces de présence et de souveraineté pâtissent du dogme de l’austérité budgétaire et de la réduction constante des effectifs de la fonction publique.Il en résulte un double phénomène de précarisation des effectifs et de diminution de la disponibilité opérationnelle des équip